top of page

Entretenir l'amour à travers la relation d'aide

Grâce à diverses mises en situation à travers lesquelles vous pourrez vous identifier, le Groupe des aidants du Sud-Ouest (GASO) vous propose des exercices pratique visant à investir la dimension de la passion de votre relation amoureuse. Nos rédactrices,  Bianca Tessier, chargée de projet, et de Mathou Roy, stagiaire au GASO de janvier à avril 2024 - toutes deux étudiantes en sexologie - montrent que, pour ceux et celles qui souhaitent raviver la passion, il est possible d'adapter certaines pratiques tout en respectant les besoins et les limites de chacun.


Une invitation à explorer la passion dans son couple, ou encore, à maintenir des activités réalistes avec la personne aidée qui ne sont pas limitées aux soins. 


Des mises en situation selon différents contextes


Si les deux personnes d’un couple se rendent compte qu’ils ont l’un pour l’autre un amour de compassion ET que les deux ont l’envie de recommencer à avoir des contacts sexuels (éléments de passion), il est possible de le faire. Cependant, il faut garder en tête que cela demandera de s’adapter à la situation que notre aidé vit, ainsi que ses envies et ses limitations personnelles. Une façon d’adapter ses attentes peut être de recommencer à avoir une forme de passion, sans toutefois l’investir autant qu’avant. Par exemple, la sexualité pourrait être réinvestie sans inclure de pénétration. 


Nous vous proposons ici un exercice pour connecter avec l’autre. Sentez-vous libre de le faire plusieurs fois, de l’adapter, de le réduire pour le rendre plus accessible, bref, appropriez-vous le :

  • Prenez une douche. 

  • Mettez-vous sur votre 31. Faites comme si c’était une sortie entre amoureux avec votre conjoint ou conjointe.

  • Cherchez ou créez un endroit où vous ne serez pas dérangés. Créez de l’ambiance (lumières tamisées, musique d’ambiance, etc.), allumez une chandelle ou mettez une odeur agréable que vous aimez tous les 2.

  • À tour de rôle, mentionnez à votre conjoint 3 choses qui vous plaisent particulièrement chez lui ou pour lesquelles vous êtes reconnaissant en utilisant une phrase ressemblant à « Je trouve particulièrement beaux tes cheveux poivre et sel » ou « J’apprécie vraiment ta façon de plaisanter sur les petits tracas de la vie » ou encore « J’aime ta résilience par rapport aux difficultés que l’on vit ».  

  • À tour de rôle, mentionnez trois choses que vous aimeriez qui arrivent plus souvent ou que l’autre pourrait faire pour vous. Le but de mentionner ces éléments est simplement de connecter à l’autre et de se donner un moment pour exprimer ses besoins et ses envies. 


Quelques exemples de demandes :

- J’aimerais qu’on se tienne la main plus souvent (Besoin d’affection)

- J’aimerais que tu puisses m’aider à faire des appels importants (Besoin de soutien)

- J’aimerais que tu prennes le temps de me remercier pour les services que je te rends

 (Besoin de reconnaissance)

- J’aimerais que tu prennes le temps de me dire plus de compliments (Besoin d’affection)

- J’aimerais que tu m’embrasses plus souvent, par exemple chaque matin en se levant. (Besoin d’affection)


Ensuite, vous pouvez discuter ensemble des demandes de changements et regarder si elles sont réalisables. Il n’y a pas d’obligation à répondre à chacune des demandes. Il est possible de n’en retenir que qu’une ou deux. Si des douleurs ou des inconforts sont vécus à cause de problèmes de santé, il est important d’en discuter et de trouver des solutions acceptables pour les deux.


Dans certaines situations, il s’avère parfois impossible de retrouver l’intimité ou la sexualité telle qu’elle était dans le passé : lorsque la maladie est trop avancée, si un des partenaires n’est plus en mesure de donner son consentement ou encore si des douleurs ou limitations physiques importantes sont présentes. Il faut alors adapter ses attentes et identifier des objectifs réalistes. Parfois, la relation d’aidant/aidé n’est pas une relation conjugale, il est alors normal de ne pas avoir de passion ou d’en vouloir. Cependant, il demeure important de garder une connexion et une intimité à soi, et ce, peu importe le type de relation que l’on a avec un.e aidé.e. De plus, dans le but d’entretenir une complicité avec la personne aidée et de favoriser le bien-être relationnel, il est essentiel d’explorer et de maintenir des activités qui ne sont pas limitées aux soins. Le prochain exercice visera à explorer les activités que l’on aime, que l’autre personne aime et que nous (soi-même & l’autre) aimons. 


La liste à la page suivante peut servir de point de départ à votre réflexion. N’hésitez pas à user de votre créativité pour vous l’approprier et la modifier, notamment en ajoutant vos propres idées. Une fois la liste complétée, choisissez une ou deux activités que vous aimez faire tous les deux. Planifiez un moment pour faire une activité d’ici les deux prochaines semaines, et à la suite de celle-ci, discutez avec l’autre personne de comment inclure l’activité choisie dans votre quotidien. Évidemment, chaque activité ne peut pas se pratiquer plusieurs fois par mois. On pourrait par exemple, se dire qu’on ira voir un spectacle aux deux mois, mais qu’on ira prendre une marche une fois par semaine ! 


36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page