top of page

Isabelle et Chantale Ratthé, proches aidantes de leurs parents et membres du GASO

Dernière mise à jour : 2 nov. 2022


Isabelle et Chantal, deux sœurs nées à LaSalle et récemment retraitées, s’occupent de leurs deux parents qui vivent avec des pertes cognitives, depuis environ cinq ans. Elles sont toutes les deux mères et Chantal est aussi grand-mère. Elles aiment les voyages et Isabelle est une sportive.



À la suite d’une hospitalisation survenue au mois de juillet dernier, leur père est en attente d’une place dans une ressource intermédiaire. Les deux sœurs vont le visiter quotidiennement à l’hôpital en plus de lui acheter des vêtements et de lui apporter de la nourriture. Lors des visites, elles jouent à des jeux stimulants pour l'aider à maintenir ses capacités cognitives. Isabelle s’occupe des soins d’hygiène comme lui donner la douche et lui laver les cheveux ; Chantal prend en charge les finances et la fiscalité.


Leur mère habite seule et est en perte d’autonomie et cognitive, mais elle refuse de consulter pour avoir un diagnostic. Chantal, qui demeure près, lui rend visite tous les soirs et lui apporte des repas. Isabelle, qui habite plus loin, l’accompagne à des rendez-vous et s’occupe de ses commissions.


Lorsqu’on leur demande ce qui les aide à passer au travers des moments plus difficiles de la proche aidance, elles s’entendent pour dire que c’est le fait d’être ensemble et que leurs maris sont très présents. Aussi, Isabelle s’empresse de rajouter qu’elle n’hésite pas à utiliser l’humour pour dédramatiser les situations! À travers leurs parcours de proches aidantes, Isabelle et Chantal nomment être à la fois confrontées aux lacunes du système de la santé et à la fois fascinées par le dévouement de son personnel. Elles disent également avoir découvert être liées par une plus forte complicité qu’elles le croyaient et avoir appris à cultiver la patience et le lâcher-prise.


Qu’est-ce qui aide les sœurs à exercer leurs rôles de proches aidantes? Elles déclarent qu’avoir contacté le GASO leur a permis d’avoir des outils, et ce, à travers les conférences, les rencontres individuelles avec une intervenante psychosociale et les ateliers de la prévention de l’épuisement.

En terminant, voici les conseils de Chantal et Isabelle : « Dans la mesure du possible, continuez les activités que vous aimez, lâchez prise, priorisez et ne vous oubliez pas! »

130 vues1 commentaire
bottom of page