top of page

Une invitation à cultiver l'autocompassion

D'abord, qu'est-ce qu'est l'autocompassion ?

©Florence Rivest

De la même manière que nous définissons la compassion, l’autocompassion est un sentiment qui porte à poser un acte d’empathie, de gentillesse et de bienveillance … mais tourné vers soi plutôt que vers autrui ! L'autocompassion c’est se demander, face à une situation difficile ou désagréable, qu’est-ce que je dirais à quelqu’un avec qui je partage un lien affectif pour l’aider à traverser ce moment ?


La définition de l’autocompassion proposée par Kristin Neff, professeure associée au département de psychologie de l’Université du Texas, permet d’aborder le sujet dans toute sa complexité. Elle aborde la compassion de soi selon trois volets :


Et comment peut-on l'appliquer ?


1. En accueillant les émotions douloureuses lorsqu’elles se présentent :

La reconnaissance et l’acceptation de ce qui est difficile ne veut pas dire s’y résigner. Au contraire, le simple fait de voir ce qui est déjà là demande beaucoup de courage parce que nous reconnaissons ce qui ne peut être changé. Ainsi, il est plus accessible de discerner ce sur quoi nous avons du pouvoir. Nous nous retrouvons dans une posture plus lucide à faire un choix libre et éclairé devant la situation en question.

Est-ce qu’il est possible de vivre tout en reconnaissant ce qui est difficile pour moi?

2. En invitant la pause lorsque je me sens pris dans l’inconfort :

La pause permet de couper les cycles d’automatisme qui composent notre vie. Par exemple, la fameuse petite voix d’auto-jugement qui démarre dans notre tête sans que nous l’ayons voulu. Ces discours envers nous-même peuvent être rempli de propos violents et peuvent biaiser négativement notre perception de nous-même si nous ne prenons pas le temps de s’arrêter lorsqu'ils se présentent.

Comment puis-je faciliter la pause dans ma vie présentement ?

3. En investiguant avec curiosité :

S’offrir le même espace qu’un ami nous donne lorsqu’il prend de nos nouvelles. Il peut être intéressant d’explorer l’expérience comme si nous partions se promener avec une lampe de poche à l’intérieur de soi. La lampe de poche représente notre attention et elle permet d’éclairer les lieux que nous désirons visiter en nous.

Comment est-ce que je vais aujourd’hui?

4. En nourrissant avec soin ce qui est là :

Il peut être intéressant de voir les moments difficiles comme des opportunités de s'offrir du soutien. Prendre soin de soi peut prendre vie sous plusieurs formes. Pour certaines personnes, il pourrait être aidant de cultiver une voix bienveillante envers soi-même. Cette attention apportée à ce qui est inconfortable agit comme un baume réparateur qu’on pourrait appliquer sur une brulure par exemple.

Est-ce qu’il est juste pour moi d’inviter de la douceur lorsque je me sens blessé.e?

Si vous avez un intérêt pour l’exploration de ces thèmes, n’hésitez pas à communiquer avec nous pour avoir accès à un suivi individuel avec une intervenante psychosociale qui pourra accompagner l’approfondissement.



157 vues0 commentaire

Opmerkingen


bottom of page